Le Sentier du Fer de Pinsot    

     La chapelle des Ayettes  
Plan du site
 
<  Menu de la page Accueil < retour à la page * Accès *
   les photographies encadrées de bleu s'agrandissent au passage de la souris.
 

 

 
 

 

 
 


     « Elle apparaît comme un joyau dans le village, toute blanche avec ses six tourelles bleutées, une miniature sertie, selon les saisons, dans un écrin de vert ou de blanc.
Cette chapelle appartenait à Mme Odette Morel (fille de Gabriel Biot) qui en a récemment fait don à la commune de Pinsot.
C'est son grand-oncle, un moine capucin, le frère Polycarpe, qui l'avait fait construire à la fin de la guerre 14-18.
De son vrai nom Adrien Biot, le frère Polycarpe avait été capucin à Meylan, puis dans la ville d'Assise (Italie) - tout comme l'abbé Pierre,le petit frère des pauvres - et, enfin, à nouveau à Meylan puis à Chambéry.
Quand il était au village, le frère Polycarpe faisait la quête pour ramasser des fromages, qui étaient ensuite, à l'époque, distribués aux pauvres devant la porte du couvent de Chambéry.
Il portait une grande barbe et les enfants se pressaient autour de lui. Il avait beaucoup voyagé et certainement connu d'autres horizons avant de revenir à Meylan et ensuite à Chambéry.
Il avait fait construire cette chapelle à l'architecture inattendue dans la région, et donné de nombreux objets religieux à l'église de Pinsot.
Le père d'Adrien, Michel Biot, avait été marié avec Julie Coquand de Pinsot, qui tenait une auberge dans la localité. C'est la grosse maison que l'on voit en contrebas de la route. Ils avaient eu 7 enfants, dont Adrien, Joseph et Jean-Baptiste, le grand-père d'Odette. Le fils de cette dernière, Serge, était allé en Yougoslavie et avait repeint, il y a une dizaine d'années, la chapelle dans les tons actuels
*. »



* Texte de Eliette Larivière, publié dans la revue de l'association "Au Pays du Haut Bréda et des Sept Laux" (juillet 2007, n° 15, p.36).
   Reproduit avec son aimable autorisation.


 
 

   
   

 

      38580 PINSOT (Isère)      

  
  © Copyright Michel Raffin, texte et photos, tous droits réservés.  03.07.14